Les risques psychosociaux en entreprise

Notre cabinet vous accompagne pour :

  • L’intégration au document unique
  • La médiation entre les salariés dans le cadre du harcèlement moral 
  • Le coaching : Retour du salarié après un burn out

Intégrer les risques psychosociaux au document unique :

Les risques psychosociaux font partie intégrante des risques en entreprise et doivent être intégrer au document unique. Formé à la méthodologie de l’ANACT, le cabinet Cogito Ensemble vous accompagne pour mettre en place la démarche et vous former afin que les risques psychosociaux soient pris en compte dès leur apparition et ne se transforment pas en troubles.

L’entreprise face au harcèlement moral :

En matière de harcèlement moral comme en ce qui concerne la protection de la santé et de al sécurité de ses salariés, l’employeur est tenu envers ses salariés d’une obligation de sécurité de résultat. Il est tenu de prendre toutes dispositions afin de prévenir les agissements de harcèlement moral. En la matière, il a toute liberté dans le choix des moyens à mettre en œuvre. Dans les cas de prud’hommes les dirigeants peuvent se voir condamner au seul motif qu’ils n’ont pas essayer de solutionner la situation. Le cabinet COGITO ENSEMBLE propose d’être médiateur pour les personnes concernées, le choix du médiateur dans ce genre de procédure est libre et doit être choisi d’un commun accord entre les parties. Par différents entretiens au cours desquelles les parties sont entendues seules ou en commun le médiateur tente de concilier les personnes impliquées.

Obligations légales : les risques psychosociaux

Les risques psychosociaux ne sont pas qu’un mot à la mode dénué de sens, ils sont définis par le code du travail dans l’article L4121-1. qui indique que “l’employeur doit assurer et protéger la santé physique et mentale des travailleurs…“. Quand on parle de risques, on parle de prévention, de l’identification de risques à venir, l’employeur doit donc intervenir avant que les dommages soient là. Avant que des situations de stress, harcèlement, violences ou incivilités, burn-out ou souffrance au travail ne soient présentes. Les signaux faibles comme les signaux forts sont à prendre en compte (turn over, arrêt maladie, accident du travail, absentéisme, rupture de période d’essai, climat lourd et pesant….) pour se décider à agir. Par une démarche concertée avec l’employeur, les partenaires sociaux (notamment le CHSCT), le cabinet COGITO ENSEMBLE avec le groupe projet se propose de revisiter ces thèmes et de faire émerger les solutions pratiques et adaptées. Les occasions de redonner de l’initiative aux salariés doivent être favorisées, il est le mieux placé pour identifier les dysfonctionnements et proposer des pistes d’amélioration. Et si au lieu de risques psychosociaux vous vous lanciez dans une démarche d’amélioration du bien être au travail ?! Pour tout connaitre sur la législation  : article L4121-1 du code de travail

Viadeo

viadeo karina